La moisson est abondante, mais...

Mardi 07 juillet 2020 — 14e semaine du Temps Ordinaire — Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 9, 32-38 — Moi, je suis le bon Pasteur, dit le Seigneur ; je connais mes brebis et mes brebis me connaissent.

Lire la suite...

Mardi 02 juin 2020 — Neuvième semaine du Temps Ordinaire — Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 12, 13-17 — Que le Père de notre Seigneur Jésus-Christ ouvre à sa lumière les yeux de notre cœur, pour que nous percevions l’espérance que donne son appel.

0 : 00

Notons que l'Évangile selon saint Marc se termine au chapitre 16. Aujourd'hui, nous continuons le chapitre 12. Autrement dit, Jésus est vers la fin de sa mission. Il n'est donc pas étonnant que ses adversaires complotent ou se rencontrent secrètement et cherchent un moyen pour confondre Jésus. Regardez la manière ou le langage de ceux qui tentent Jésus : "Maître, nous le savons : tu es toujours vrai". Le piège est : "Est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à César, l’empereur ?". Premier enseignement : faisons attention à ce que personne ne nous tente ; réfléchissons aux réponses que nous donnons car il se peut que l'on nous piège.

Donc, ce n'est pas ainsi que l'on traite les opinions divergentes. Les ragots et les calomnies ne sont pas la solution. L'hypocrisie n'est pas non plus la solution : sourire de face, mais maudire de dos. La complaisance n'est toujours pas une solution. Certes, il existe des soi-disant diplomaties et des méthodes de communication. Cependant, s'il s'agit de sarcasme et de flatterie, sachez qu'ils sont destructeurs. Et la tentation est encore moins la réponse : tenter les gens ou tenter Dieu.

Chers chrétiens, même devant le tentateur, Jésus en profite pour enseigner. Sa réponse a été : "Ce qui est à César, rendez-le à César, et à Dieu ce qui est à Dieu". Jésus veut dire que la fidélité à Dieu n'est pas incompatible avec la citoyenneté. C'est-à-dire qu'être chrétien n'est pas destiné à remplacer ni supprimer le civisme. Ce qui est incongru c'est un chrétien indifférent et étranger à la communauté, un chrétien qui ne paie pas d'impôts, un chrétien qui ne vote pas, un chrétien anarchique, insubordonné au sens du bien commun. En d'autres termes, le message que Jésus veut transmettre est : on peut être un bon citoyen tout en étant un bon chrétien.