Dieu a envoyé son Fils...

Dimanche 07 juin 2020 — Sainte Trinité — Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 3, 16-18 — Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit : au Dieu qui est, qui était et qui vient !

Lire la suite...

20 mai — Bernardin naît le 8 septembre 1380 à Massa Maritima d'une illustre famille de Sienne, les Albizeschi. Il perd sa mère à l'âge de trois ans, et son père à l'âge de six ans3, et il est accueilli dans la maison de sa tante Diana.

0 : 00

Il commence ses études à Massa, puis se rend à Sienne en 1391, dans la maison de son oncle, qui, sans enfant, l'élève comme son fils. Il suit pendant deux ans les cours du maître Martino di Ferro, notaire de Casole, puis des maîtres Onofrio di Loro et Jean de Spolète, avec lesquels il apprend les arts libéraux.

En 1397, après avoir suivi les cours de l'université de droit canon pendant trois ans, Bernardin rejoint la Confraternité de Notre-Dame, attachée à l'hôpital Santa Maria della Scala. Trois ans plus tard, une épidémie de peste frappe la ville de Sienne. Bernardin se consacre au service des malades, et, assisté de dix compagnons, prend l'entière charge de l'hôpital. Malgré son jeune âge, il est à la hauteur de la tâche, mais cet engagement héroïque et constant rend sa santé fragile et il ne s'en remettra jamais complètement. Abandonnant son patrimoine à la charité, Bernardin prend l'habit des Frères Mineurs de Saint-François de Sienne, le 08 septembre 1402. Il rejoint peu de temps après le monastère de l'étroite observance de Colombaio sull'Amiata, à l'extérieur de la ville, là où se trouve actuellement la basilique de l'Observance.

Bernardin fait sa profession religieuse le 08 septembre 1403, puis est ordonné l'année suivante5. Il étudie non seulement les pères de l'Église, mais également les œuvres d'auteurs franciscains "interdits", comme Jacopone da Todi, Ubertin de Casale et Pierre de Jean Olivi. Bernardin gagne la confiance et l'estime de ses supérieurs et commence à prêcher, à vingt-cinq ans, à Seggiano, près du couvent, puis dans le voisinage immédiat de Sienne. S'ensuit une période de prédication à Pavie en 1410. À Sienne, en 1411, Bernardin tombe malade de la peste. Il affronte la maladie avec une fermeté sereine et avec une conscience claire de la pureté de sa vie. Puis il médite intensément pendant trois années, interrompues par une courte prédication à Padoue en 1413. En 1416, il prêche de nouveau à Padoue, puis à Mantoue, sans beaucoup de succès.

Le succès de Bernardin pour promouvoir la moralité et régénérer la société est remarquable. Il prêche avec une entière liberté apostolique et réprimandant avec courage le mal dans les hauts lieux. L'usure est un des principaux objets de ses attaques, et il est le principal instigateur de l'établissement de sociétés de prêts sur gages, aussi connues sous le nom de mont-de-piété.

Mais le mot d'ordre de Bernardin, comme saint François d'Assise avant lui, est "la paix". À pied, il traverse l'Italie de long en large pour le rétablissement de la paix. Il persuade les cités italiennes de décrocher les armoiries des factions des murs des églises et des palais, et d'inscrire à la place les initiales "I-H-S". Son utilisation donne une nouvelle impulsion et une forme tangible à la dévotion du nom du Christ, qui est un de ses sujets favoris, et un puissant moyen de raviver la ferveur populaire. Il avait l'habitude de porter un panneau devant lui pendant ses sermons, portant le monogramme du Christ peint en lettres gothiques dorées entouré par les rayons du soleil, puis de l'exposer à la vénération.

En dépit de sa popularité, Bernardin doit supporter l'opposition et la persécution. Le saint est accusé d'introduire une nouvelle dévotion de caractère profane exposant le peuple au danger de l'idolâtrie. Il est convoqué à Rome devant le pape Martin V en 1427. Ce dernier le reçoit froidement et lui ordonne de ne plus prêcher avant que son cas ne soit examiné. Son procès a lieu le 08 juin, et Jean de Capistran est chargé de sa défense. La malveillance et la futilité de ces charges contre Bernardin sont entièrement démontrées, et le pape, non content de recommander et de justifier son enseignement, l'invite également à prêcher à Rome. Le pape approuve ensuite l'élection de Bernardin à l'évêché de Sienne. Le saint décline cependant cet honneur, ainsi que les évêchés de Ferrara et Urbino, qui lui seront donnés respectivement en 1431 et 1435, en déclarant joyeusement que l'Italie est déjà son diocèse. Après l'élection du pape Eugène IV, les adversaires de Bernardin renouvellent leurs attaques, mais une bulle pontificale réduit ses calomniateurs au silence en 1432.

En 1433, Bernardin accompagne l'empereur Sigismond de Luxembourg à Rome pour son couronnement. Il se retire peu après à Capriola pour composer une série de sermons. Il reprend sa prédication en 1436, mais est forcé de l'abandonner deux ans plus tard, à la suite de son élection au vicariat général des observants en Italie. En 1442, Bernardin persuade le pape d'accepter sa résignation du vicariat général afin de se donner entièrement à la prédication. En 1444, malgré son mauvais état de santé, Bernardin décide d'évangéliser le royaume de Naples. Trop faible pour marcher, il est obligé de se déplacer sur un âne. Après avoir traversé l'Ombrie il est pris par la fièvre et forcé de s'arrêter à L'Aquila dans les Abruzzes. Il meurt la veille de l'Ascension, le 20 mai 1444. Les notables refusent de déplacer le corps de Bernardin à Sienne, et après des funérailles d'une splendeur sans précédent, son corps est enterré à l'église des conventuels. Les miracles se multiplient à la mort du saint. Il est canonisé le 24 mai 1450 par le pape Nicolas V, soit six ans après sa mort. Le 14 mai 1472, le corps de Bernardin est solennellement transféré dans la nouvelle église des Observants à L'Aquila, construite spécialement pour le recevoir, et son corps est enfermé dans une châsse d'argent doré offerte par le roi Louis XI de France.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bernardin de Sienne de Wikipédia en français (auteurs)