Si le Fils vous rend libres...

Mercredi 1er avril 2020 — Cinquième semaine de Carême — Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 8, 31-42 — Heureux ceux qui ont entendu la Parole dans un cœur bon et généreux, qui la retiennent et portent du fruit par leur persévérance.

Lire la suite...

La Fédération des Femmes rurales à Madagascar ou FVTM contribue à l’épanouissement des activités génératrices de revenu de ses membres durant ses 15 années d'existence. C’est une organisation faîtière nationale spécialement féminine qui vise à améliorer durablement les conditions d’existence des femmes rurales et à promouvoir de manière durable la responsabilisation à la vie sociale, économique et culturelle.

0 : 00

Selon la Présidente Nationale Razafindrasoa Hélène, les femmes membres de la FVTM connaissent un changement. Elles commencent à maîtriser leur responsabilité au sein de la société. Elles ne dépendent plus uniquement aux revenus du chef de famille, en contribuant ensemble aux activités génératrices de revenu. La progression est palpable en la matière. Les femmes affiliées à la FVTM s’activent à diverses filières selon la région où elles résident.

Promouvoir et défendre les droits de la femme rurale au sein de la société, tel était l’objectif principal de la FVTM au début de son activité. Car les femmes occupent une place importante dans le développement local, régional et national. La coutume traditionnelle à Madagascar ne permet pas l'épanouissement des femmes malagasy selon Razafindrasoa Hélène. Les femmes rurales ont ses activités spéciales. La fédération est donc contrainte à la recherche des partenaires techniques et financiers. L’objectif est d’améliorer leurs revenus. Plus on pratique la culture moderne, plus la production s'améliore, toujours du point de vue de la présidente de la FVTM.

Plusieurs associations locales collaborent avec les partenaires techniques et financiers en vue de la production qui conquiert de nouveaux marchés. Pour ne citer que dans la partie sud de la grande île, le marché de l’arachide  est prospère. De plus, la production des semences est une source de revenus durable. La semence coûte si cher pour les exploitants agricoles car, en général, l’offre ne satisfait pas la demande locale. L’appui technique et la recherche des partenaires constituent la mission principale de la FVTM nationale. La fédération sensibilise aussi les femmes affilées à une production pouvant inonder marché.

Les épices, le riz, le maïs, le café, l’arachide, le haricot, tels sont les filières exploitées par les femmes de la FVTM actuellement. Pour le riz, sa capacité de production est de 1200 tonnes tandis que la semence en vente est de 420 tonnes, rendement annuel des 500 femmes de la fédération. En outre, les adhérents de la FVTM produisent aussi 250 tonnes de maïs dont 150 tonnes de semences en vente.

Les membres de la FVTM se repartissent dans seize régions avec des leaders très dynamiques. La FVTM régionale est autonome. Tandis que la FVTM faîtière s'occupe de la promotion et du renforcement du mouvement social des femmes rurales au niveau national et international.